Inutile d’attendre de notre part une réponse précise à cette question, car sans cadre légale précis il nous est impossible de comparer ce qui ne l’est pas, néanmoins nous essaierons au travers de cet article de vous donner des clés afin de mieux comprendre ces différences.

Le naturel, c’est comme le BIO

La tendance de fond voyant les consommateurs demandant des produits de plus en plus naturels poussent les acteurs de la cosmétique, et d’autres secteurs, à multiplier les références à la nature ou à une origine naturelle.
Et c’est dans le terme origine que tout se joue, car une origine peut aussi bien dire que votre produit a été extrait dans la nature sans subir de transformations à l’aide de produits chimiques et donc être utilisé dans a forme brute. Mais cela peut simplement signifier qu’à l’origine il a un quelconque  lien avec la nature.
En effet, en quoi votre extrait de papaye qui a subi plus d’une douzaine de transformation a peut être été extrait de la nature mais depuis ce temps lointain, il a été transformé et re-transformé en perdant parfois au passage ces bénéfices.
C’est pourquoi la seule mention du terme naturel, ne peut vous assurer que votre produit est soin.

De plus sans réelle réglementation autour du terme naturel, on retrouve des produits mettant en avant l’ingrédient naturel (ou même bio de leur produit) sans bien sur mentionner le reste des composant chimiques contenus.

Donc naturel, c’est à éviter

Et bien non, ou tout serait trop simple. Si le terme naturel n’est pas réglementé, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’a aucune valeur.
Les produits minéraux par exemple, ont pendant longtemps était hors du champ de la certification.
Ils revendiquaient donc leur origine 100% naturelle, sans pour autant pouvoir prétendre à un quelconque logo.

Les minéraux ne pouvant être cultivés, ils ne sont pas concernés par les labels BIO, qui encadrent les produits issu de l’agriculture Biologique et pourtant ils peuvent totalement revendiquer une origine 100% naturelle, et par conséquent présenter un plus grand taux de naturalité qu’un produit BIO qui lui peut contenir “seulement” 95% d’ingrédients d’origine naturelle.

Le BIO n’est donc pas une assurance?

Faux , les labels BIO sont une assurance, dans la mesure ou ils répondent à un cahier des charges précis et disponibles pour tous.

Néanmoins, cela ne signifie qu’ils correspondent à vos attentes. En effet, qu’en est il de ces labels alimentaires étrangers qui autorisent l’autorisation de certains pesticides que même notre agriculture conventionnelle française bannit…
Est ce que cet haricot BIO venant de l’autre bout du monde a plus de valeur que celui produit par cet agriculture raisonnée proche de chez vous?

Et voila, vous êtes plus perdus qu’avant la lecture de cet article?

La consomm’action

C’est la que vous entrez en jeu, et que vous faites jouer votre libre arbitre.

Qu’attendez vous d’une produit, qu’est ce qu’implique un achat…

Une seule consigne, la cohérence, enfin votre cohérence, car celle-ci se définit par vos besoins et vos envies.
Par exemple, nous ne pouvons demander à avoir toujours du moins cher sans penser au conséquence de cet acte : fournisseurs mis sous pression, qualité revue à la baisse, rendement plus important…

En refusant, de rentrer dans un système du “toujours plus” sans pour autant prôner la décroissance, il est possible à chacun de faire ses choix, même si cela nécessite de prendre du temps pour s’informer, pour aller plus loin que le label (certes ce lait est BIO mais à ce prix est que le producteur en vit?), et faire ses propres choix.

En conclusion, il est difficile de dire le naturel c’est mieux que le BIO ou l’inverse, il est important de savoir ce que nous consommons avec notre seule libre arbitre (encore attention à certaines applications qui vous expliquent ce qui est bon ou pas).

Print Friendly, PDF & Email
http://francepharm.net http://www.francemedicale.net